La souveraineté financière de l’UE est-elle mise en péril par certains stablecoins ?

En plein reset économique, les stablecoins hors zone de l’UE pourraient impacter la souveraineté financière de l’Europe pour des décennies. En effet, les grands banquiers centraux commencent à s’inquiéter face aux Stablecoins de type DIEM (anciennement le LIBRA de Facebook). Que ce soit à la Banque de France ou à la Banque centrale européenne, les stablecoins émis en dehors de la zone €uro sont vus comme un réel danger pour notre économie.

La Banque de France veut un euro numérique de toute urgence

Dans une déclaration parue ce 11 septembre, François Villeroy de Galhau, le Gouverneur de la Banque de France, encourage les banquiers européens à se préparer rapidement à l’ère des paiements numériques :

« En Europe, nous sommes confrontés à des choix urgents et stratégiques en matière de paiement, choix qui auront des implications sur notre souveraineté financière pour les décennies à venir. »

Son inquiétude se porte particulièrement sur les projets de stablecoins en dehors de la zone euro « à forte traction mondiale », comme Facebook et sa cryptomonnaie “le Diem”. Ces géants pourraient assez facilement mettre en place des « systèmes monétaires privés », qui viendraient concurrencer à la fois nos entreprises privées mais surtout directement les monnaies de banques centrales.

C’est de là que vient l’urgence d’émettre, de façon coordonnée, une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) à l’échelle européenne pour Villeroy de Galhau. Le banquier insiste même lourdement :

« Permettez-moi d’être clair ! Nous ne pouvons pas nous permettre de rester à la traîne en ce qui concerne [l’émission] de CBDC. »

Christine Lagarde pousse aussi à la création d’une MNBC européenne

Lors de la même conférence, la Présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a elle aussi critiqué le « retard » de l’Europe dans cette « compétition mondiale » pour émettre une MNBC. Par ailleurs, elle encourage également les entreprises de la Zone EURO à développer des stablecoins dites « indexés sûr sur l’Euro » (en savoir +)

À l’inverse, l’introduction d’un euro numérique permettrait à l’Eurosystème « d’être à la pointe de l’innovation ». Il s’agit bien là d’une MNBC qui serait accessible au public, et pas seulement aux grands acteurs bancaires et financiers :

« (…) les nouvelles technologies peuvent être utilisées pour rendre le règlement des transactions financières plus efficace. Elle ouvre également la possibilité d’une MNBC de détail, qui serait très innovante en ce sens qu’elle serait accessible à un large public. »

Fait rare pour une banquière, Christine Lagarde n’appelle pas une MNBC pour supprimer l’argent liquide. Elle précise qu’un euro numérique viendrait comme « un complément et non un substitut » aux pièces de monnaies et billets.

En effet, toujours selon la Présidente de la BCE, les 2 combinés (MNBC + espèces) « favoriseraient l’inclusion financière et offriraient un choix aux consommateurs ».

La question de l’euro numérique est très présente dans les esprits des banquiers centraux européens. L’émission rapide d’une monnaie numérique par la BCE leur paraît en effet primordiale, face à la menace des stablecoins de grands groupes privés extra-européens !

Source : Journalducoin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *